A travers plusieurs séries de bronzes réalisée à la fonderie des cyclopes dans la région de Bordeaux ou de terres cuites entre visage et masque, c’est le thème phare de Peïo qui est repris ici : la figure humaine. Le masque ou le visage on ne sait choisir mais cette évocation aborde la notion du temps qui passe et l’empreinte que nous pouvons laisser.

« Malaxer la terre, fondre le métal chercher des traces pour donner la vie, dans les traces de ceux qui ont disparu, pour que l’empreinte ainsi laissée soit le témoignage du temps qui passe et de l’empreinte que chaque homme peut laisser. »

« la femme qui rêve », bronze 2021

« les Atlantes », bronze 2021